Martin Mees est Docteur en Philosophie et Professeur invité en Philosophie à l’Université Saint-Louis – Bruxelles ainsi qu’à l’Université de Mons et à l’Université de Namur. Ses recherches, passées et actuelles, se situent à la croisée de la philosophie et de la littérature. Sa thèse de doctorat, « Les puissances du poétique. De l’esthétique du sublime à la philosophie de la littérature, lectures croisées autour de l’œuvre de Nerval », interrogeait les modalités de la réflexion propre au régime poétique du langage, et les conditions pour en rendre compte du point de vue de la philosophie. C’est une « pensée du poétique », dans tous les sens de l’expression, que visait à développer ce travail, convoquant des enjeux à la fois esthétiques et épistémologiques. Après avoir été chercheur postdoctoral rattaché au projet ARC « Philosophie critique de l’à-venir : temporalité, imagination, utopie » (USL-B & UNamur), Martin Mees poursuit sa recherche en questionnant le sens du recours aux formes poétiques (notamment romantiques) dans le cadre de la philosophie française contemporaine. Plus précisément, ce sont l’idée de l’esthétique de l’existence et le rapport des formes de vie minoritaires à la norme qui sont interrogés chez Michel Foucault à la lumière de sa pensée de la littérature et du XIXe siècle.

Champs de recherche & auteurs – mots-clés: 

Philosophie et littérature ; Philosophie française contemporaine ; Etudes romantiques ; Théories du Sublime et du Poétique ; Esthétique de l’existence ; Normes et marginalités.
Auteurs principaux : Gérard de Nerval ; Michel Foucault ; Friedrich von Schiller ; Jacques Rancière ; Pseudo-Longin.