Programme du séminaire “Limites et frontières” 2013-2014

Le thème du séminaire principal change tous les trois ans. En 2012-2015, le projet de recherche collective s’intitule : “Limites et frontières”.

Cette année, nous porterons une attention toute particulière à la question du rapport humain/inhumain. Qu’elle soit posée selon le modèle de la continuité ou au contraire de la rupture, la question de la genèse de l’humanité et du rapport de l’humain à son autre ou à ses autres apparaît comme incontournable dans l’acte d’autoréflexivité. On reviendra donc sur la manière avec laquelle les philosophes, les écrivains, les artistes et les sciences ont tenté d’articuler l’humanité et l’inhumanité, en traquant dans chacune des approches singulières de cette frontière mouvante les réécritures et réinventions de l’autre en soi et hors de soi. Le séminaire explorera différentes catégories, allant du monstrueux et du grotesque à l’animal, ouvrant des pistes de réflexion aussi bien en direction d’une philosophie du corps ou du vivant que d’une pensée renouvelée de la communauté.

Dans une célèbre lettre du 6 avril 1774, Kant prie Hamann de lui parler « dans la langue des hommes » et de ne point invoquer, dans ses commentaires de la Bible, une sorte de raison intuitive capable de saisir la langue divine. En effet, ajoutait Kant pour se justifier, « je ne suis qu’un pauvre fils de la terre ». La question de la limite s’impose ainsi, au seuil de la révolution critique, comme la question dernière. Limite de l’imagination, limite de l’entendement, limite de la sensibilité, mais aussi limite du droit eu égard au fait, limite des langues humaines, limite de la philosophie… Les Lumières s’achèvent et se réfléchissent dans l’œuvre de Kant à travers cette nouvelle rationalité, juge et partie, capable d’examiner par elle-même, et inévitablement de limiter, ses prétentions à connaître ce qui excède toute limite. « Fils de la terre », Kant revendique également l’investissement pratique d’un espace dont les contours doivent être nets. En même temps qu’une frontière, le terrestre devient un point de référence pour toute philosophie digne de ce nom. Il devient un stimulus aussi, car Kant reconnaît à l’humanité un désir de transgression et la nécessité pour l’homme d’étayer lui-même les frontières des régions dans lesquelles il veut vivre. Cette terre est aussi un sol porteur (l’« arche originaire » dont parlait Husserl), que l’on ne peut réfléchir qu’avec un temps de retard, une fois pris dans le réseau complexe de limites déjà instituées biologiquement, politiquement, socialement, culturellement : frontières entre États, frontières entre genres, frontières de mon corps et du corps de l’autre, frontières entre l’homme et l’animal, etc.

En 2012-2015, le séminaire « Prospéro » s’attachera à explorer les différents aspects philosophiques, épistémologiques, anthropologiques, politiques, littéraires ou esthétiques du problème de la limite et de la frontière. Sans constituer la référence privilégiée du séminaire, l’œuvre kantienne est seulement exemplative d’une certaine inquiétude constitutive de la finitude humaine, joignant dans un même effort la volonté de dire l’infini et celle d’une limitation autonome du savoir. La philosophie elle-même ne s’invente-t-elle pas en même temps que la démocratie, en Grèce ancienne, autour de la question de l’auto-limitation, comme le croyait Castoriadis ? Par suite, l’on ne peut penser la frontière sans invoquer un vaste réseau conceptuel d’une grande richesse : autonomie et hétéronomie, hybris et phronèsis, sens et non-sens, fini et infini, différence et identité, dedans et dehors, inclusion et exclusion, normal et pathologique. Nous interrogerons simultanément tous les concepts capables de mettre en péril l’existence d’une frontière tout en révélant sa nécessité : le « entre », le transgénérique, l’ambivalent, le négatif, le paradoxe, l’interface, l’entrave, la lisière, le seuil, l’orée, les confins, le liminaire, etc. À l’heure où l’idéologie néo-libérale et/ou « réactionnaire » la plus pernicieuse s’accapare le concept de frontière sans se soucier le moins du monde de sa profonde complexité, mais aussi à l’heure d’une limitation des ressources naturelles, il importe de revenir avec une attention doublée de vigilance critique sur l’acte même de poser, de concevoir ou simplement de reconnaître des limites à tous niveaux : affectif, perceptif, langagier, institutionnel, politique, etc. Car l’ambivalence de la frontière veut qu’elle sépare mais articule aussi, qu’elle distingue mais rassemble, recherchant dans l’acte même de la différenciation le principe de la communauté.

Programme du séminaire “Limites et frontières” 2013-2014