419nQpas3pL._.jpg

L’opacité du sensible chez Fichte et Novalis. Théories et pratiques de l’imagination transcendantale à l’épreuve du langage

Auteur: Augustin Dumont

Edition: Grenoble, Jérôme Millon, coll. “Krisis”, 2012.

Construisant un jeu de miroir où l’idéalisme et le romantisme allemands se renvoient l’un à l’autre une image déformée d’eux-mêmes, ce livre entend explorer des possibilités encore insoupçonnées de la période postkantienne. On se consacre ici à la question de l’expérience sensible, en s’arrêtant plus précisément sur les figures de Fichte et de Novalis. Poser la question du sensible, dans ce contexte, revient principalement à interroger l’image et ses différentes modalités (apparaître, apparence, etc.). L’image n’est toutefois que le titre général d’un processus complexe et à jamais inachevé, constituant l’affaire même de la philosophie transcendantale: celui de l’articulation du travail sensibilisateur de l’imagination transcendantale à l’affectivité et au langage qui les manifeste.

Philosophe, poète, romancier et scientifique, Novalis est l’un des lecteurs les plus attentifs de Fichte à l’époque où la première Doctrine de la science est saluée dans toute l’Allemagne. La lecture subversive mais désordonnée qu’il fait des premiers textes fichtéens le conduit à élaborer un “système de l’absence de système” original, dont nous n’avons pas encore mesuré toutes les conséquences. Loin de disqualifier l’influence -souvent soulignée – de la mystique rhénane, de Schiller ou de Leibniz sur son oeuvre, la transformation sourde du fichtéanisme opérée par Novalis lui permet au contraire de se réapproprier – respectivement – les thèmes du “regard par le fond”, du “voile d’Isis” ainsi que la combinatoire. Et ce, quitte à faire marcher Fichte sur la tête, à travers une série d’expériences d’écriture convoquant aussi bien le concept que le vers poétique ou l’observation minéralogique.

Sans se limiter à un simple “Novalis lecteur de Fichte”, l’ouvrage se présente également, et en retour, comme une enquête sur l’ensemble de la philosophie fichtéenne de l’image, de l’affectivité et du langage. L’objectif est de confronter différentes solutions spéculatives apportées à un même problème philosophique de départ, partagé par Fichte et Novalis.

Lectures relatives