Jeanne-Marie Roux

Née en 1984, Jeanne-Marie Roux est chercheuse en post-doctorat au sein du Centre Prospero, grâce à une bourse « Marie Curie Cofund ». Après des études de philosophie – ainsi qu’un passage en droit, puis en sciences cognitives –, elle a obtenu en novembre 2015 un doctorat de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qu’elle a soutenu, sous la direction du professeur Jocelyn Benoist, sous le titre : « Les degrés du silence. De la juste place du sens dans le langage et dans la perception chez Austin et Merleau-Ponty ». Par-delà la frontière qui sépare traditionnellement philosophie du langage ordinaire et la phénoménologie, elle s’intéresse actuellement aux pouvoirs du langage et – entre singularité de chaque situation de parole et conventionalité des actes de langage –, aux conditions de son effectivité. Ses recherches, passées et actuelles, portent également sur la philosophie de la perception (autour du débat sur le représentationalisme), l’épistémologie dans sa forme la plus générale (débat du scepticisme et du rationalisme) et les mathématiques (objet d’analyse privilégie s’il en est pour qui s’intéresse aux tentatives humaines pour dire vrai). L’origine de ces recherches se trouve sans doute dans cette question : sommes-nous capables de dire la vérité sur le monde ? et que faisons-nous lorsque nous le prétendons ?

 

Champs de recherche – mots-clés: 

Philosophie du langage, phénoménologie, philosophie du langage ordinaire, pragmatique, parole, vérité, perception, sens.