Colloque international – Les limites de la subjectivité en contexte

Lundi 20 et mardi 21 juin 2022

 

Que peuvent nous apprendre les situations de crise ou de perte de soi sur la constitution de la subjectivité en général ? Quelles sont les conceptions du sujet mobilisées lorsqu’une situation problématique est ainsi qualifiée ? Quand, et de quel droit, une expression de soi peut-elle être considérée comme le reflet d’une subjectivité limite, malade ou déviante ?

Telles sont les questions que nous proposons d’examiner à l’occasion de ce colloque international mettant en dialogue des chercheurs en philosophie, en médecine mentale et en sciences sociales.

Les conceptions philosophiques et psychopathologiques du sujet sont-elles les purs reflets de représentations sociales du sujet ? Comment s’articulent les dimensions personnelles et sociales dans la constitution de soi ? Quelles sont les leçons conceptuelles à tirer de ces cas limites pour notre compréhension de la subjectivité en général ?

Les intervenant.e.s du colloque tâcheront de préciser l’usage qu’ils font de ces cas limites : par rapport à quelle(s) conception(s) du sujet et dans quel(s) contexte(s) ceux-ci peuvent-ils constituer une limite ou apparaître déviants ? Au-delà des enjeux méthodologiques et épistémologiques propres à chacune des disciplines, on s’attachera ainsi à clarifier, dans la perspective d’un enrichissement mutuel, les principaux enjeux conceptuels ainsi que les points de convergence et de discorde que rencontre aujourd’hui la notion du sujet dans ces champs des sciences humaines.

Intervenant.e.s confirmé.e.s :

Pierre-Henri Castel (CNRS)

Jasper Fayearts (U Gent)

Mathieu Frèrejouan (Université Paris 1)

Anaïs Jomat (USL-B)

Johan Kalonji (UCL)

Laurence Kaufmann (Université de Lausanne)

Nicolas Marquis (USL-B)

Elise Marrou (Sorbonne Université)

Antoine Masson (UCL)

Rosanna Wannberg (USL-B)

 

Programme à préciser.

 

Université Saint-Louis – Bruxelles, salle P61, de 9h à 17h.

.